Le Bien Public – Janvier 1995

JL Girard chez les Ianomami

(…) C’est la seconde fois que son œuvre est jouée après sa création en mai 1994 à Autun. Cette commande de l’ecole de musique d’Autun avait pour but de présenter un compositeur vivant. Jean Luc Girard était ému en août 1993 pour le massacre de quarante indiens Ianomami par des chercheurs d’or. Cet hommage est donc rythmé par le chiffre 40 présent dans l’œuvre et parcouru par quelques réminiscences des musiques d’Amérique du Sud. Le drame et l’émotion confèrent à cette pièce une grandeur certaine.